Curious Case of One Man’s Death

En Français ci-dessous

It was just another night in one of the capitals, yet another expat was leaving the project and a farewell party was under way. Unlike previous occasions, the crowd, consisting of some expat and national staff, was not permitted to party at the office premises, so the gathering started at a bar in front of the MSF building. Drinks were served and good vibes kicked in. After a couple of hours, the group decided to transfer the party to the office compound. However, an uncompromising FieldCo blocked their initiative and subsequent entrance attempt. That did not stop the party. A group of about twelve expats and national staff, now with the ‘brakes off’, decided to take it to a centrally located restaurant. At around 9:30pm three MSF expats decided to continue the fun at the house of another agency known amongst the expat community for its wild and popular parties. They brought four local staff (3 contracts and 1 ex-daily worker) with them in the MSF car.

The dancing started; two of the national staff broke away from the group. Thirty minutes before the curfew, the FieldCo, who coincidentally was also present at the party on their own account, decided to call for the car and ushered everyone to get on board. Only then did the FieldCo notice the presence of some MSF national staff at the party. It was immediately decided to bring everyone back into the house and search for the two remaining members of the group, which proved futile. Someone remembered that one of them mentioned he was going to leave the party. Based on this, it was concluded that both of them had already gone home. The group arrived back at base just before curfew. Due to security restrictions, the MSF vehicle couldn’t take the remaining two national staff home. Letting them go at night, without any options for public transportation in a town still battling insecurity was a difficult decision in itself. They could, for example, have been offered a place on the sofa for the night. However it proved to be only a tiny problem compared to what was waiting in the morning. The news spread fast through all the expat community. A black male was found dead at the party house.

The doctor was called the same evening and after a few minutes of failed resuscitation in the parking lot behind the cars where the corps had been hidden after it was found at the party house, accidental death was confirmed.

MSF conducted an investigation on its own behalf. The three expats were guilt ridden and visibly traumatized by the man’s death. However, strange as it seems, they collectively failed to understand how their actions indirectly contributed to his death. Support was provided to the expats, and they were given written warnings by the Coordination for their behavior. MSF as an organization distanced itself from any responsibility for the incident, as the man was not under contract at the time of his death. It was left to all interested individuals to donate to the family of the deceased of their own free will.

I hope I am not the only one who sees so many ethical dilemmas in every single aspect leading to and following the incident. Every expat when on a mission constitutes a part of the organization and movement. Being on a mission does not exclude after-office or after-field hours. Being on a mission means being 100% representative of the organization’s values and principles. You may call me naïve, but this is how I grew to understand MSF. As an organization, we are so concerned about our image that we are ready to forget our humanitarian spirit. We must minimize the harm done to the people we work for, to save lives and not waste them. Would this man still be alive if we were not present? Can his death be remedied by all the lives saved in our projects? Does his death really mean anything to us or it will become just another talking point and a meaningless statistic?

Let’s consider for a moment that the organization is not responsible at all. What about individual responsibility? You may argue that the man was an adult and therefore fully responsible for his own actions. I agree. But it was us who bought him drinks, it was us who invited him to dance and brought him into this often deceivingly happy expat party atmosphere. It was us who took him to a rich white people’s party where he belonged neither culturally nor from a security point of view, as these parties are for expats only. We left him alone in this environment. Most of all, we failed to securely bring him home. We allowed him to die. We did not even see how it happened.

Of course, from a legal point of view, no one is guilty in this case. But surely, from a personal and ethical point of view, we must accept our responsibilities? Personally, I am deeply disturbed and ashamed by what happened. I was there during the weeks of the build up to the incident. I was there when some of the parties started getting out of hand and yet I did nothing. We had discussions. Expats were warned about the dire consequences of stepping over the line in their relationships with the local staff. Few wanted to listen. Some people believe that bridging the gap between the expat and national staff members is possible only through parties and beer. It is one of the options, but it should be done with awareness and sensitivity.

Recently there has been much discussion about bridging the gap between expats and the national staff within the MSF movement. While this gap exists because of administrative, HR and security reasons, it is also true that it has much to do with cultural differences between western expats and the local populations within our missions. More often than not we bring our own culture of parties and alcohol and expect the locals to integrate with our “traditions”. We invite them to participate in our events, encourage them to act like us, be like us. I would not call that integration. We are only showing our fake, artificial side to people who have otherwise no other means of making “white” friends. They are made to feel that this beautiful life of excess and parties is what they must aspire to achieve. Maybe we should be more careful about the real image we are projecting to the communities that we work with.

The tragic death of this black man is, sadly, just another consequence of our cultural ignorance and “humanitarian hypocrisy”, when the intended purpose of MSF’s mission is not translated into corresponding behavior of its workers, contributing to the expansion of cultural arrogance, without any, or very little, interest in local culture. After all, MSF frequently puts its expats in the position of power in relation to the local staff. A person unable to deal with that power can be extremely dangerous, as we have seen so many times in our work and after-work relations with the national staff. All too often we are washing our hands as an organization from the actions of our expats, even though we have put them in the position of power in the first place. Where does individual responsibility end and institutional responsibility begin? Is MSF responsible for THIS mans’ death?

Andrius Slavuckis


Une mort étrange

C’est une soirée comme les autres dans une capitale. Un expat est sur le départ et une fête se prépare. Mais contrairement aux autres fois, elle ne peut pas se dérouler dans les bureaux, et la troupe – quelques expats et membres du personnel national – se retrouve donc dans un bar en face du bâtiment MSF. Ils commencent à boire quelques verres et l’ambiance va bon train. Après quelques heures, le groupe décide de continuer la fête dans les bureaux. Mais c’est sans compter sur l’intransigeance du FieldCo, qui se met en travers de leur chemin et bloque l’entrée. Il en faut plus pour que la fête tombe à l’eau. Un groupe d’une douzaine d’expats et de collaborateurs nationaux infatigables décide de déménager dans un restaurant du centre. Vers 21h30, trois expats MSF décident de poursuivre la soirée dans une autre agence bien connue de la communauté expat et réputée pour ses fêtes déjantées. Ils emmènent quatre membres du personnel local (3 contractuels et 1 ancien travailleur journalier) avec eux dans la voiture.

Après quelques pas de danse, deux membres du personnel national se séparent du groupe. Une demi-heure avant le couvre-feu, le FieldCo – qui était également présent à la fête par pure coïncidence – décide d’appeler la voiture et demande à tout le monde de monter à bord. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il remarque la présence de certains collaborateurs nationaux. Il décide alors immédiatement de ramener tout le monde à l’agence et de chercher les deux membres du groupe manquants, mais c’est peine perdue. Quelqu’un se rappelle alors que l’un d’entre eux avait annoncé qu’il comptait partir. Sur ce, le groupe conclut que tous les deux sont rentrés chez eux et retourne à la base juste avant le couvre-feu. Étant données les restrictions sécuritaires, le véhicule MSF n’a pas pu ramener les deux collaborateurs nationaux chez eux. Le fait de les laisser partir seuls la nuit, sans transports publics, dans une ville où règne toujours un climat d’insécurité n’a pas été une décision facile. Ils auraient par exemple pu être accueillis sur un divan pour la nuit. Mais tout cela n’était rien, comparé à ce qui attendait le groupe le lendemain matin. Un homme noir avait été trouvé sans vie dans la résidence où s’était déroulée la fête.

Le médecin avait été appelé le soir-même et, après une tentative de réanimation manquée derrière les voitures du parking où le corps avait été caché après avoir été trouvé dans la résidence, la mort accidentelle a été confirmée. MSF a mené l’enquête de son côté. Les trois expats se sentaient rongés par un sentiment de culpabilité et étaient visiblement traumatisés par la nouvelle. Pourtant, aussi étrange que cela puisse paraître, ils ne parvenaient pas à comprendre comment leurs actions avaient indirectement pu contribuer à la mort de cet homme. Après avoir bénéficié d’un soutien psychologique, les trois expats ont reçu un avertissement écrit émanant de la Coordination pour leur comportement. MSF, en tant qu’organisation, a décliné toute responsabilité, car la victime n’était plus sous contrat au moment de l’incident. Toutes les personnes qui le souhaitaient pouvaient faire un don à la famille du défunt.

J’espère que je ne suis pas le seul à voir les nombreux dilemmes éthiques impliqués dans tous les événements qui ont précédé et suivi l’incident. Lors d’une mission, tous les expats constituent un maillon de l’organisation et du mouvement. Et cette responsabilité ne se limite pas aux heures passées dans les bureaux ou sur le terrain. Le fait de partir en mission signifie que l’on représente à 100 % les valeurs et principes de l’organisation. Cela vous semblera peut-être naïf, mais c’est ainsi que je considère les choses. En tant qu’organisation, nous sommes tellement préoccupés par notre image que nous sommes prêts à en abandonner notre esprit humanitaire. Nous devons minimiser les préjudices subis par ceux pour qui nous travaillons, sauver des vies et ne pas les gâcher. Cet homme serait-il encore en vie si nous n’avions pas été là ? Sa mort peut-elle être pardonnée au vu de toutes les vies sauvées dans le cadre de nos projets ? Le décès de cet homme nous affecte-t-il réellement ou deviendra-t-il un autre sujet de conversation et une statistique insignifiante ?

Considérons un instant que l’organisation n’est aucunement responsable. Qu’en est-il de la responsabilité individuelle ? Vous me direz que la victime était un adulte, seul responsable de ses propres actes. C’est vrai. Mais qui lui a offert à boire, l’a invité à sortir danser et l’a emmené dans une de ces fêtes d’expats, à l’atmosphère souvent faussement joyeuse ? Nous l’avons emmené à une fête entre blancs aisés, un environnement dans lequel il n’avait pas sa place, ni d’un point de vue culturel, ni sur le plan de la sécurité, car ces fêtes sont réservées aux expats. Nous l’avons laissé seul dans cet environnement. Pire, nous ne l’avons pas ramené chez lui en toute sécurité. Nous l’avons laissé mourir, sans même savoir dans quelles circonstances.

Bien évidemment, d’un point de vue légal, personne n’est responsable dans ce cas de figure. Mais d’un point de vue personnel et éthique, ne doit-on pas prendre nos responsabilités ? Personnellement, j’ai honte et je suis profondément choqué par les événements. J’étais là les semaines qui ont précédé l’incident. J’étais là quand certaines fêtes commençaient à devenir incontrôlables et je n’ai rien fait. Nous en avons parlé. Les expats ont été prévenus des conséquences tragiques auxquelles ils s’exposaient en franchissant les limites dans leurs relations avec le personnel local. Peu ont bien voulu l’entendre. Certains pensent qu’on ne peut combler le fossé entre locaux et expats qu’en passant par l’alcool et la fête. C’est une possibilité, en effet, mais il faut le faire avec tact et en connaissance de cause.

Récemment, le rapprochement entre expats et personnel local a fait l’objet de nombreuses discussions au sein du mouvement MSF. Bien que cet écart soit notamment dû à des questions d’administration, de ressources humaines et de sécurité, on ne peut pas non plus nier ses liens avec les différences culturelles entre expats occidentaux et populations locales dans nos missions. Trop souvent, nous emmenons avec nous cette culture de la fête bien arrosée et nous nous attendons à ce que les locaux adoptent nos « traditions ». Nous les invitons à participer à ces événements et les encourageons à faire et être comme nous. Ce n’est pas ce que j’appellerais de l’intégration. Nous ne dévoilons que notre côté artificiel à des individus qui n’ont pas d’autre solution pour se lier d’amitié avec des « blancs ». On leur fait sentir que cette vie palpitante de fêtes et d’excès est ce à quoi ils devraient absolument aspirer. Nous devrions peut-être faire plus attention à l’image que nous renvoyons réellement aux communautés avec lesquelles nous travaillons.

Malheureusement, le décès tragique de cette homme noir n’est qu’une conséquence de plus de notre ignorance culturelle et de notre « hypocrisie humanitaire » ; le but premier de la mission MSF ne transparait pas dans le comportement de ses collaborateurs, ce qui contribue au développement d’une arrogance culturelle pratiquement dépourvue d’intérêt pour la culture locale. Après tout, MSF place souvent ses expats dans une position de pouvoir par rapport au personnel local. Comme nous l’avons si souvent constaté pendant – et après – les heures de travail, ceux qui sont incapables de gérer cette situation peuvent s’avérer extrêmement dangereux. Nous nous distancions bien trop souvent des actions de nos expats, en tant qu’organisation. Pourtant, c’est bien nous qui les plaçons dans une position de pouvoir en premier lieu. Alors où se situe la frontière entre responsabilité individuelle et institutionnelle ? MSF est-elle responsable dans la mort de cet homme ?
 

By: andrius slavuckis