The impact of "second hand" témoignage

Opinions and resources

What is the impact of "second hand témoignage"?

Volle-gas in Contact, discussions at the IB/Excom and Dircom, blogs, …
A debate is ongoing around the impact of "second hand" temoignage: when the witnesses are not directly MSF staff.

  • Read Ewald Stals' Volle Gas in the Contact magazine below,
  • Check other opinions and resources on the right column,
  • Push the "Comment" thumb below and add your voice to the debate !

This will be followed with a live debate in Brussels. Details and date will come soon.

 

Analysis of the East  Aleppo Communication

Voir en Français ci-dessous

The latest developments on how MSF communicated around the attacks on East Aleppo revealed to me a major shift in the thinking and behavior of the movement.
MSF states in its actual charter the strong conviction that its witnessing is based on direct presence of members, further detailing that as doctors it will base these on medical data. It is blatantly obvious to me that in the current situation around East Aleppo MSF no longer upholds that principle. This axiom, upon which the whole mathematics of MSF is constructed, is no longer seen as valid, thus allowing a complete new science.  If before 1+1= 2, it is now 1 + 1 = 3, which of course changes everything that follows. This is a very profound development, one which I deplore in the strongest terms. And no longer are these separate members of the movement that get off track, but MSF as an institution. A majority of members is already infected, and even sane individuals are succumbing under the pressure of this new ideology.

This new paradigm cannot be compatible with the old rationale. Those who still adhere to the 1+1=2 cannot explain their logic to those who now adhere to the 1+1=3, and vice versa. Only emotional confrontation is possible. Between the believers of the two different theories there can only be a fight, based on ever-higher escalating emotions. Hysterization of the movement is taking place. This has the potential to lead to a schism. (And I guess a new Chantilly will have to be organized)

The reports coming out of East Aleppo are based on the new paradigm, 1+1= 3. The witnesses are not MSF, not even long-term national staff – the new operational modus operandi is beyond ‘remote control’. The old paradigm was clear on this – due to their ‘being part of the conflict’ those observers and witnesses cannot be neutral and objective about what they report.  They might even be pressured into reporting differently then they wish, being threatened directly and/or indirectly. The adherers of the new paradigm justify the acceptance of this kind of witnessing because of the larger extra-ordinary circumstances – a dark coalition of evil forces (Syria, Russia, Iran, and Hezbollah) has gathered and need to be stopped at all costs. The higher purpose, defeating these evil forces, justifies all possible means. MSF rejects the original objectives of its charter and replaces it with a messianic idea of saving the world from evil, convincing itself that it belongs to the good side of history. This is a fundamental mistake. Beyond the discussion who of the opposing forces are more evil then others, MSF should stick to its medical mandate and its neutrality.

This new paradigm allows the non-verification of facts, the creation of facts and the fabrication of lies, all because there is this higher purpose. Objectivity is rejected. A scientific approach also. The new witnessing uses different tools – no longer facts and data but ad hominem attacks, emotional hooks and scripts worthy of Hollywood blockbuster movies.  It allows alliances with forces that according to the old paradigm could and should not be trusted. Observed with the old logic, MSF allows itself to be forced into a relationship where it has zero influence on the nature of that relation (MSF is way beyond remote control).

Additionally the new logic demands one-sided reporting, singling out one party of the conflict for constant accusation, blaming and shaming. Neutrality is abandoned. Syria forces are always mentioned with its allies, while for their opponents, if even mentioned of taking part in the conflict, their allies are certainly never mentioned. Attacks of the Syrian army and allies are always mentioned; while the impression is given nobody on the other side is fighting back. Attacks from the other side are ignored, and that includes the consequences of these attacks. Moreover, MSF denies the fact that these opposition forces have allies (US, Turkey, Arab States, NATO states). MSF accepts that some of these groups can operate on their own. It enforces upon itself the illusion that some are more moderate than others.   There are no objective facts to substantiate this.  If defies all the rationale of logistics that this could be possible.

Going back in the history of MSF, I see many comparisons with how the movement operated in Afghanistan in the 1980’s. There also MSF allied itself with a group supported by the US and its co-conspirators. In close collaboration with the opponents of the same evil forces as in Syria today (Russia), MSF abandoned its principle of neutrality and embedded itself with one party to the conflict. It spoke out against the atrocities committed by one party, and refused to report on those of its partners. It seems that 30 years later MSF is doing the same all over again. At minimum the movement has forgotten its own history and has not learned anything from it. At a minimum, it should be accused of extreme naiveté.

It should be clear that I adhere to the true principles of MSF, and as far as it concerns me, they are still the only ones valid. I refuse to submit to the new paradigm. In my thinking and my actions I shall continue to uphold these principles and will continue to refuse any deflection from them. As such the communications and actions in Syria should be based on them.  For less I will not go. 

- Communications based on witnessing by members of the movement, adhering to the charter and the principles.
- Communications based on facts and data, not on hooks and emotional push buttons scripts. Ad hominem attacks are not acceptable.
- Neutral approach to the conflict, pointing towards all the participants in the conflict. If someone shoots or bombs, someone else is shooting and bombing back. Action/reaction is a basic law of physics. If a bomb is dropped on East Aleppo, someone will drop a bomb somewhere else in Syria. If the Syrian Army shoots, someone shoots back. If East Aleppo is attacked; the Western part of the city will be retaliated upon.
-  The demands of MSF should be realistic and medical, e.g. opening a temporary corridor to evacuate the wounded.
- MSF should invest in more in-depth analysis of the context. The current level of understanding is very low.

17 October 2016

Ewald Stals - HoM Russia


 

Analyse de la communication sur les attaques à Alep-Est

La façon dont MSF a communiqué à propos des attaques à Alep-Est révèle, selon moi, un changement majeur dans la réflexion et le comportement du mouvement.
Dans sa charte, MSF affirme que ses témoignages doivent être basés sur la présence directe de membres et précise qu’en tant que médecins, ceux-ci doivent s’appuyer sur des données médicales. Il est pour moi flagrant que MSF n’est plus en mesure de respecter ce principe à Alep-Est dans la situation actuelle. Cet axiome, sur lequel repose toute la logique de MSF, n’est plus considéré comme valide et appelle donc à un tout nouveau raisonnement. Alors qu’avant 1+1=2, aujourd’hui 1+1=3, ce qui modifie évidemment la donne. Il s’agit d’un changement profond, que je déplore vivement. Et ce ne sont plus seulement quelques membres du mouvement qui partent à la dérive, mais MSF dans son ensemble, en tant qu’institution. Une majorité de ses membres sont déjà « infectés » et même les membres sains cèdent sous la pression de cette nouvelle idéologie.

Ce nouveau paradigme n’est pas compatible avec l’ancien raisonnement. Ceux qui croient toujours que 1+1=2 ne peuvent pas expliquer leur logique à ceux qui sont désormais convaincus que 1+1=3, et viceversa. Seule une confrontation émotionnelle est possible. Les tenants de chacune de ces théories ne peuvent que s’affronter, sur la base d’émotions de plus en plus fortes. L’hystérisation du mouvement est en train de se produire et pourrait conduire à un schisme (et je suppose qu’un nouveau « Chantilly » devra être organisé).

Les rapports provenant d’Alep-Est sont basés sur le nouveau paradigme: 1+1=3. Les témoins ne sont pas des membres de MSF, ni même du personnel national à long terme – le nouveau mode opératoire va au-delà du « contrôle à distance ». L’ancien paradigme était clair à ce sujet : comme ils sont des « parties au conflit », ces observateurs et témoins ne peuvent communiquer de manière neutre et objective. Ils pourraient même faire l’objet de pressions pour établir des rapports différents de ce qu’ils souhaiteraient, être menacés directement et/ou indirectement. Les adeptes du nouveau paradigme justifient l’acceptation de ce nouveau type de témoignage par l’ampleur des circonstances extraordinaires : une coalition de forces obscures (la Syrie, la Russie, l’Iran et le Hezbollah) s’est réunie et doit être arrêtée à tout prix. Cet objectif ultime – vaincre les forces du mal – justifie tous les moyens possibles. MSF rejette les objectifs originaux de sa charte pour les remplacer par l’idée messianique de sauver le monde du mal, en se convainquant elle-même qu’elle est du bon côté. Il s’agit là d’une erreur fondamentale ! Plutôt que de chercher à savoir laquelle des forces ennemies est la plus maléfique, MSF devrait s’en tenir à sa mission médicale et à sa neutralité.

Ce nouveau paradigme permet la non-vérification des informations, la création de faits et la fabrication de mensonges, le tout au nom de l’objectif ultime. L’objectivité est rejetée, tout comme l’approche scientifique. Le nouveau mode de témoignage utilise des outils différents – non plus des faits et des données  mais des arguments ad hominem, des éléments qui touchent la corde sensible et des scénarios dignes de méga-productions hollywoodiennes. Cela permet des alliances avec des forces qui, d’après l’ancien paradigme, n’étaient pas dignes de confiance. Selon l’ancien raisonnement, MSF se laisse emprisonner dans une relation sur laquelle elle n’a aucune influence. On est bien loin du contrôle à distance.

En outre, la nouvelle logique permet un reporting unilatéral, isolant l’une des parties au conflit, qui fait l’objet d’accusations et d’humiliations constantes. La neutralité est abandonnée. Les forces syriennes et ses alliés sont toujours mentionnées, alors que leurs opposants sont rarement cités et les alliés de ceux-ci, jamais. Les attaques de l’armée syrienne et de ses alliés sont systématiquement signalées, donnant l’impression que personne de l’autre côté n’y répond. Les attaques de l’autre camp sont ignorées, de même que leurs conséquences. De plus, MSF nie le fait que ces forces de l’opposition ont des alliés (les États-Unis, la Turquie, les États arabes, l’OTAN). MSF accepte que certains de ces groupes puissent opérer sans devoir rendre de comptes. Elle se forge l’illusion que certains sont plus modérés que d’autres, sans qu’aucun fait objectif ne vienne l’étayer.

D’un point de vue historique, je vois beaucoup de similitudes avec la façon dont le mouvement a agi en Afghanistan dans les années 80. Là aussi, MSF s’était alliée à un groupe soutenu par les États-Unis et ses co-conspirateurs. En étroite coopération avec les opposants aux mêmes forces du mal qui opèrent en Syrie aujourd’hui (la Russie), MSF avait abandonné son principe de neutralité et s’était associée à l’une des parties au conflit. Elle avait dénoncé les atrocités commises par l’une des parties et refusé d’élever la voix contre celles de ses partenaires. Il semblerait que, 30 ans plus tard, MSF en fasse de même partout. Au minimum, le mouvement a oublié sa propre histoire et n’en a pas tiré d’enseignements. Au minimum, il devrait être accusé de naïveté extrême.

Je tiens à préciser que j’adhère aux vrais principes de MSF et qu’en ce qui me concerne, ils sont les seuls valides. Je refuse de me soumettre au nouveau paradigme. Je continuerai de réfléchir et d’agir selon ces principes et de refuser tout détournement de ceux-ci. Les communications et les actions de MSF en Syrie devraient par conséquent être basées sur ces principes. Je n’en accepterai pas moins. 

- Les communications doivent être basées sur des observations des membres du mouvement qui adhèrent à la charte et à ses principes.
- Les communications doivent être basées sur des faits et des chiffres, pas sur des scénarios qui touchent la corde sensible. Les arguments ad hominem ne sont pas acceptables.
- Une approche neutre du conflit est requise, qui tient compte de toutes les parties. Si quelqu’un tire ou bombarde, quelqu’un d’autre réplique. Le principe « action-réaction » est une loi de base de la physique. Si une bombe est lâchée sur l’Est d’Alep, quelqu’un bombardera un autre endroit de la Syrie. Si l’armée syrienne tire, l’opposition lui répondra. Si l’Est d’Alep est attaqué, l’Ouest sera bientôt visé en réponse.
- Les exigences de MSF doivent être réalistes et se cantonner au domaine médical, comme, par exemple, ouvrir un corridor temporaire pour évacuer les blessés.
- MSF devrait investir dans une analyse plus approfondie du contexte. Le niveau de compréhension actuel est très faible.

17 octobre 2016

 

Ewald Stals,
Chef de mission Russie

 

 

By: Sophie Guillaumie