Open letter to Joanne Liu on the Syria tragedy

En Français ci-dessous

Dear Joanne,

The day after the attack on our hospital in Kunduz, I watched you being given the third degree for 20 minutes during the television broadcast of BBC HARDtalk. Despite the tricky questions being asked by the journalist, I thought you came out of it very well.

You firmly and fairly stated the importance of having armies that respect the Geneva conventions and International Humanitarian Law. You were highly persuasive concerning the need for an independent investigation, following the highly presumptuous claims of war crimes by Christopher Stokes a few days earlier. You were able to make the key point that if MSF does not come out strongly against these presumed crimes committed against health facilities and which involved healthcare workers, it would be the equivalent to giving a blank cheque to all those involved in the conflict, whoever they are. In memory of our missing colleagues from the Kunduz tragedy, it was important that this was said, and you did so with conviction and genuine emotion. For this, I want to thank you.

However, when Syria was brought up, I found our views began to differ. You then stated that the context in Syria was definitely one of the most important humanitarian crises currently ongoing and that, as a result, and if the security situation allowed it, it would have triggered one of the largest humanitarian deployments by MSF in recent years.

This depends on how you estimate the scale of an operational deployment. Via Syrian medical networks, with which the Brussels Operational Centre has been actively collaborating since August 2011, there are over 2,300 healthcare workers – the majority living in heavily besieged areas of Syria – providing care to over 200,000 people each month, accounting for 25% of all consultations provided by MSF in this period. Thanks to the support provided by MSF in some of the most perilous districts, nearly 12,000 hot meals are served every day. Each day, MSF OCB enables the delivery of between one and two tonnes of first aid materials to the areas most affected by the conflict. Viewed from this angle, it is without a doubt the biggest MSF operation at the moment.

This operating model has of course led to many within MSF to ask questions and have concerns. First of all, this is because it is a departure from the founding principle of our organisation: ‘Médecins Sans Frontières provides assistance to populations in distress...’ Our charter does not however specify that this assistance can turn into support for other doctors if the access of MSF teams to victims becomes impossible, as is often the case in Syria. Following an aerial attack over a heavily populated area, the ambulance operators that usually help to transport the wounded to the nearest or least overcrowded hospital are all Syrian. The medical teams that then hurriedly treat them and perform amputations in the emergency rooms, crammed with wounded, are also Syrian. Finally, in the calm between two attacks, it is again Syrian teams that take advantage of the brief respite to treat wounded, assist with deliveries by women with complications during pregnancy and provide care to the most severely ill, before undergoing another aerial attack. Although some of these medical teams receive a great deal of support from MSF, including payment of incentive, none of the doctors active in the areas most heavily affected by the war are contracted with MSF. This means that ultimately, the victims treated through the MSF networks do not have that ‘MSF patient’ label that is so important in our organisation, even though the majority would not have access to this care without our support.

But where you really lost me in this programme was when the BBC journalist asked you why MSF was not accusing Bashar Al-Assad of committing war crimes. I understand your embarrassment before formulating your response, and by saying that ‘MSF only talks about the patients that are treated by our organisation’, summarising the whole dilemma of our action in Syria in a single phrase. The reluctance by MSF to denounce repeated bombardment of hospitals we are supporting (37 in all in 2015) or the victims of their healthcare workers (47 wounded and 9 killed[1]) raises two major issues:

The first is ethical, concerning the risk of MSF being perceived as an organisation that only cares about its own staff. The second is operational, with the risk of armies that are committing war crimes willing to maintain MSF outside of their borders to not be embarrassed by possible accusations of violating the international humanitarian laws.

These issues will certainly be debated in coming weeks, with the intensification of bombardments by the various international coalitions in Syria, or even in coming years in contexts where MSF will not be able to have direct access to victims of war. I would be very pleased to discuss this with you.

Respectfully yours,

Pierre Boulet-Desbareau
Emergency Coordinator in charge of Syria operations for MSF-OCB
 

[1] Incident reports recorded by the OCB between January and November 2015.


Lettre ouverte à Joanne Liu concernant le drame syrien

Chère Joanne,

Au lendemain de l’attaque de notre hôpital de Kunduz, je vous ai regardée vous faire « cuisiner » pendant une vingtaine de minutes lors de l’émission télévisée du Hard Talk de la BBC. Et si vous voulez le savoir, j’ai trouvé que vous vous en êtes très bien sortie malgré les questions épineuses du journaliste.

Vous avez en effet affirmé avec force et justesse l’importance d’avoir des armées qui respectent les conventions de Genève ainsi que la loi humanitaire internationale. Vous avez été très convaincante sur la nécessité d’une investigation indépendante suite aux fortes présomptions de crime de guerre évoquées par Christopher Stokes quelques jours plus tôt. Entre plusieurs questions pièges du journaliste anglais, vous avez su pointer l’essentiel en affirmant que, si MSF ne se lève pas avec force contre ces crimes présumés perpétrés sur les structures sanitaires et touchant les personnels de santé, cela équivaudrait à un chèque en blanc donné à tous les acteurs impliqués dans un conflit, quel qu’il soit.  En mémoire de nos collègues disparus lors du drame de Kunduz, c’était important de le dire et vous l’avez exprimé avec conviction et vive émotion. Pour tout cela donc, je tenais à vous remercier.

En revanche, je vous ai perdu en chemin au cours de l’émission dès qu’il s’est agi d’évoquer  la Syrie. Tout d’abord, lorsque vous avez souligné que le contexte syrien était certainement une des crises humanitaires les plus graves et que, par conséquent, elle aurait dû déclencher une des plus importantes mobilisations humanitaires déployées par MSF si la sécurité le permettait.

Cela dépend sous quel angle vous considérez l’importance d’un déploiement opérationnel. Au travers des réseaux médicaux syriens, avec lesquels le centre opérationnel de Bruxelles collabore activement depuis août 2011, ce sont aujourd’hui  plus de 2.300 personnels de santé - dont la plupart vivent en zone sévèrement assiégées de Syrie - qui fournissent des soins à plus de 200.000 personnes chaque mois, soit l’équivalent de 25% des consultations totales réalisées par le mouvement MSF pendant la même période. Grâce au support apporté par MSF dans certains quartiers les plus critiques, près de 12.000 repas chauds sont servis quotidiennement. Chaque jour, MSF OCB permet l’acheminement d’une à deux tonnes de matériel de première urgence dans les zones les plus affectées par le conflit. Vu sous cet angle-ci, il s’agit sans nul doute de la plus importante action de MSF du moment.

Ce mode opératoire atypique a logiquement suscité au sein du mouvement MSF beaucoup de questions et de doutes, en premier lieu, parce qu’il déroge au principe fondateur de notre organisation : «Les Médecins Sans Frontières apportent leurs secours aux populations en détresse…». Mais notre charte ne précise pas que cet apport pourra se transformer en appui à d’autres médecins si l’accès des équipes MSF aux victimes est rendu impossible, comme c’est souvent le cas en Syrie. A la suite d’une d’attaque aérienne conduite généralement sur une place publique fortement peuplée, les ambulanciers habituellement en charge de porter secours aux blessés pour les transférer à l’hôpital le plus proche ou le moins surchargé, sont tous syriens. Les équipes médicales qui vont ensuite devoir amputer en toute hâte dans les salles d’urgences qui débordent de blessés, sont encore syriennes. Enfin, entre deux attaques, ce sont encore elles qui vont profiter de l’instant de répit pour soigner les blessés, accoucher les femmes lors de grossesses compliquées et apporter des soins aux plus malades, avant de subir une nouvelle attaque aérienne. Si certaines de ces équipes médicales reçoivent un soutien prépondérant de la part de MSF, y compris en matière de rémunération, aucun des médecins qui évoluent dans les zones les plus affectées par la guerre n’est contracté par MSF. Ce qui veut dire qu’au final, les victimes soignées par les réseaux MSF n’ont pas le label de « patients MSF » si cher à notre organisation alors que la plupart ne pourraient pas avoir accès à ces soins sans notre support.

Mais là où je vous ai définitivement perdue au cours de cette émission, c’est lorsque le journaliste de la BBC vous a demandé pourquoi MSF n’accuse pas Bashar Al-Assad de crimes de guerre. Je comprends votre embarras qui fût perceptible avant de formuler une réponse, et vous entendre dire que « MSF ne parle que des patients qui sont soignés par notre organisation » résume en une simple phrase tout le dilemme de notre action en Syrie. Les réticences de MSF à dénoncer les bombardements répétés sur les hôpitaux supportés par MSF (37 au total en 2015) ou les victimes au sein de leur personnel de santé (47 blessés, 9 tués[1]) soulève en effet deux questionnements majeurs :

Le premier est d’ordre éthique avec le risque que MSF soit perçue comme une organisation qui ne porte d’attention qu’à son personnel. Le second est d’ordre plus opérationnel avec le risque que les armées qui commettent des crimes de guerre préfèrent voir MSF hors de leurs frontières pour ne pas être embarrassées par d’éventuelles accusations de non-respect des lois humanitaires internationales.

Ces questions feront certainement débat dans les prochaines semaines avec l’intensification des bombardements menés par les différentes coalitions internationales en Syrie, voire dans les années à venir dans des contextes où MSF ne pourra pas avoir d’accès direct aux victimes de guerre, et si vous le souhaitez, je serais ravi d’en débattre avec vous.

Respectueusement,

Pierre Boulet-Desbareau
Coordinateur d’Urgence en charge des opérations en Syrie pour MSF-OCB
 

[1] Rapports d’incidents enregistrés par l’OCB entre janvier et novembre 2015

By: Göran Svedin