Rwanda: 20 Years After the Genocide

Further Reading
MSF & Rwanda

Here you can find articles on the Rwandan genocide written for the March issue of the Contact Newsletter. The articles include an introduction by Meinie Nicolai (MSF-B & OCB President), a testimony from Rony Zachariah on the Genocide and Limits of Humanitarianism from the Inside Story and an article by Dr Réginald Moreels of his Opinion on the Rwanda Crisis, first published in Contact in May 1994. All of the articles are written in both English and French.

Please join us in commemorating the Rwandan genocide and sparing a minute to think about those, including our staff, who lost their lives during the 1994 massacre. 

Rwanda 1994
by Meinie Nicolai, MSF-B & OCB President
 
Twenty years ago the worst massacre since our existence happened in Rwanda. Almost one million people were killed in about three months and not with weapons of mass destruction, but by hand.
 
What is most terrifying about the Rwanda genocide is the organization of it, how effective and brutal the killings were orchestrated and executed. Almost one million persons killed by another human being, often someone familiar, looking each other in the eye and then being killed by the hand of a neighbour or a friend. The fact that people are able to be instructed to turn into a killing machine shows the fragility of peace and how dangerous hatred can be.
 
MSF was there before the genocide started, as we can read from Rony’s testimony; MSF was unable to give any kind of protection. Patients were slaughtered in their beds; MSF staff was slaughtered by their colleagues. Rony speaks about Sabine, Gerard, Everest and Jean-Marie, the horrifying fact is that we do not know how many colleagues were killed, we can only make estimations. I arrived in the aftermath, when it had just ended; the hospital walls were covered with blood, dead bodies were beside the road. There were no cries anymore, there was only silence. I think we never felt so shocked, we never felt so powerless and we never lost so many colleagues. It left deep traces on those who were there.

We should never forget this was possible and commemorate those who died, especially the unknown number of MSF staff.
 
Il y a vingt ans, le Rwanda était le théâtre du pire massacre de notre histoire. Près d’un million de personnes ont été tuées en trois mois. Pas avec des armes de destruction massive.

Ce que le génocide rwandais a de plus terrifiant, c’est son organisation: l’efficacité et la brutalité avec lesquelles ces massacres ont été orchestrés et perpétrés. Près d’un million de personnes ont été tués par d’autres êtres humains, dont le visage leur était souvent familier; ils se regardaient droit dans les yeux avant d’être tués par la main d’un voisin ou d’un ami. Le fait qu’il soit possible de transformer des gens en machines à tuer montre à quel point la paix est fragile, et la haine dangereuse.
 
MSF était sur place avant le début du génocide, comme nous pouvons le lire dans le témoignage de Rony ; MSF n’a pas pu apporter la moindre protection. Les patients ont été massacrés dans leur lit ; le personnel de MSF a été massacré par ses collègues. Rony évoque Sabine, Gérard, Everest et Jean-Marie ; il est terrible de ne pas savoir combien de collègues ont été tués, nous ne pouvons que faire des estimations. Je suis arrivée quand le génocide venait de se finir : les murs des hôpitaux étaient couverts de sang, des corps sans vie jonchaient la route. Plus aucun cri, seul le silence régnait... Je pense que nous n’avons jamais été autant choqués, nous ne nous sommes jamais sentis aussi impuissants et nous n’avons jamais perdu autant de collègues. Ce massacre a laissé des traces profondes chez celles et ceux qui en ont été les témoins.

Nous ne devons jamais oublier que cela a été possible et commémorer tous ceux qui ont perdu la vie, notamment au sein du personnel de MSF.
 
Genocide and the limits of humanitarianism 
Text from The Inside Story book. Personal testimonies of the history of MSF-Belgium and OCB, edited by Peter Casaer, 2013.
In April 1994, in a period of one hundred days, close to one million human beings were massacred, Tutsis and moderate Hutus. Among them, about 250 MSF staff.
 
Rony Zachariah, a medical doctor, was a member of the MSF team: When the genocide started, MSF operations were a mixture of providing protection to civilians through safe havens and care for surgical wounded. I think the greatest difficulty we had was to protect MSF staff and civilians, because every time people accumulated in schools, or in churches, in tents or in NGO compounds. These sites became sites for massacres. So we were never really sure, even when we thought people were within safe havens, that they were actually being protected. And clearly the evidence with time showed us that there was no protection.
 
THE MSF STAFF
When I think of Rwanda I think of the 20th of April 1994, when MSF houses were raided in two refugee camps. They were set on fire. All our MSF staff were taken outside in a violent manner. Their identity cards were closely examined for their ethnic groups. MSF Tutsi staff were placed on one side; MSF Hutu staff were placed on the other. The militia then gave the MSF Hutu staff guns and machetes and told them to kill their Tutsi colleagues. Those that refused were hacked to death in the most ruthless manner possible. We lost 50 MSF staff that day. So for me the Rwandese genocide is about Gerard, it’s about Everest, it’s about Jean-Marie, friends and colleagues who died or were killed simply because of who they were. 
 
When I think of the Rwandese genocide, it reminds me also of the 23rd of April 1994, when 150 civilians under our protection in the Butare hospital, women, children, were massacred in front of our own eyes. Among them were several MSF staff. Sabine was one of them. Sabine was a Hutu, she was 7 months pregnant, she was a good friend. When they came to take Sabine, I intervened physically. I got between the soldier, and I screamed “Well, Sabine is Hutu, Sabine is Hutu, leave her alone.” The soldier opened his back pocket, took out a piece of paper, on which there were several details; it was a list. He looked at me, straight into my eyes, and he said “Doctor, you are right, Sabine is Hutu, but this baby is going to be Tutsi”. For the first time in Rwanda I realised that the child follows the paternal line. So Sabine was killed and so was her baby.
 
For me the Rwandese genocide is about Sabine, it’s about her baby, it’s about all the other staff we lost… staff that worked courageously even when they saw death in front of their own eyes.
 
A HISTORICAL MOMENT FOR MSF
I think the Rwandese genocide is a historical moment for MSF, both as individuals and as an organisation, because it was the first time in our history that we actually witnessed the massacre of over one million human beings. And in particular, it involved the massacre of close to 250 MSF colleagues. Such losses have been, and still are, unprecedented in our history. I think the longer term solution to the prevention of genocide is a legal one, and not a political solution, neither is it through military might. In that sense, in that perspective, I think the International Criminal Court is great, because it sends a clear message of dissuasion, or it acts as a force of dissuasion, and it provides criminals of war with a very clear message: “if you commit crimes against humanity, or genocide, wherever you are, one day we will find you, and we will make you pay for your crimes.”
 
In my personal view I think the quest for justice and the historical truth over the last 17 years or so has been a quest through testimony, through trying to see justice for the victims. It has brought a certain sense of liberty of conscience; perhaps more importantly, a sort of, a sense of proximity to the victims, at least those that survived. Perhaps it’s something that comes from the satisfaction you get from knowing that we have still tried over the many years not to let down our victims.
 
DID WE FAIL?
I think the undeniable truth is that – when we look back at the Rwandan genocide – it occurred. And today none of us has the moral authority to deny ourselves our own share of historical responsibility and guilt for the loss of one million lives. So yes indeed, we failed. The international community failed, we as an organisation failed, I as an individual failed, because in Rwanda it was humanity itself that failed. And when humanity fails, we all fail. In terms of the lessons we learned, the events in Rwanda clearly showed to us that bandages and sutures, so to speak, in those circumstances were not enough to heal the deep wounds of Rwanda, and what we really needed was justice. It’s for that reason that perhaps for the first time in our history, we began to testify before criminal tribunals.
 
The second lesson is that we were prevented completely from operating in accordance with our own principles of neutrality. The 250 MSF staff or so that were killed were surely not seen as being neutral – otherwise they wouldn’t have been killed. So the entire concept of neutrality was a myth, and I think it is a myth in today’s operating paradigm. Finally I think as humanitarians, under these circumstances we must be led, or we must let our conscience drive and lead our own actions, because we are very likely to be correct.
 
Le génocide et les limites de l’humanitarisme 
Ce texte vient du livre « The Inside Story », composé de témoignages personnels de l’histoire de MSF-Belgique et de l’OCB. Edité par Peter Casaer en 2013.

En avril 1994, en une période de cent jours, près d’un million d’êtres humains ont été massacrés : Tutsis, Hutus modérés et, parmi eux, quelque 250 membres de MSF.

Rony Zachariah, médecin, était l’un des membres de l’équipe MSF : Lorsque le génocide a commencé, les opérations de MSF comprenaient deux volets: fournir une protection aux civils grâce à des refuges sécurisés et administrer des soins aux blessés présentant des plaies chirurgicales. Je crois que protéger les membres de MSF et les civils représentait la plus grosse difficulté, parce qu’à chaque fois les gens s’entassaient dans des écoles, des églises, des tentes ou dans des locaux d’ONG. Ces sites sont devenus des lieux de massacre. Même quand nous pensions que les gens étaient à l’abri, nous ne pouvions jamais vraiment en être sûrs. Le temps nous a d’ailleurs prouvé qu’aucune protection n’existait.

Les membres de MSF
Quand je pense au Rwanda, je pense au 20 avril 1994 : le jour où des maisons MSF situées dans deux camps de réfugiés ont été attaquées et brûlées. Tous les membres de MSF ont été violemment jetés dehors. Leur carte d’identité a été examinée attentivement pour identifier leur appartenance ethnique. Les Tutsis ont été mis d’un côté et les Hutus de l’autre.

La milice a ensuite mis dans la main des Hutus des armes à feu et des machettes et leur a ordonné de tuer leurs collègues tutsis. Ceux qui refusaient étaient frappés à coup de machette jusqu’à la mort et sans aucune pitié. Ce jour-là, nous avons perdu 50 membres de MSF. Quand je pense au génocide rwandais, je pense à Gérard, Everest, Jean-Marie, des amis et collègues qui sont morts ou qui ont été tués simplement pour ce qu’ils étaient.

Quand je pense au génocide rwandais, je me rappelle aussi le 23 avril 1994 : le jour où 150 civils –  dont des femmes et des enfants –  sous notre protection à l’hôpital de Butare ont été massacrés sous nos yeux. Parmi eux figuraient aussi plusieurs membres de MSF. Sabine en faisait partie. Sabine était hutue. Elle était enceinte de sept mois. C’était une bonne amie. Lorsqu’ils sont venus prendre Sabine, je me suis interposé entre elle et le soldat et j’ai crié : « Sabine est hutue, Sabine est hutue, laissez-la tranquille. » Le soldat a pris un morceau de papier dans sa poche arrière, sur lequel figuraient plusieurs informations, c’était une liste. Il m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit : « Docteur, vous avez raison, Sabine est hutue, mais son bébé va être tutsi. » Pour la première fois, je me suis rendu compte qu’au Rwanda l’enfant héritait de l’origine ethnique de son père. Sabine a donc été tuée, de même que son bébé.

Quand on évoque le génocide rwandais, je pense ainsi à Sabine, à son bébé, à tous les membres de MSF que nous avons perdus… des membres qui ont travaillé avec courage même lorsqu’ils ont vu la mort en face.

Un moment historique pour MSF
Je pense que le génocide rwandais est un moment historique pour MSF à la fois en tant qu’organisation et collectif d’individus. C’était la première fois que nous étions témoins du massacre de plus d’un million d’êtres humains. Surtout, ce massacre a aussi conduit à la mort de près de 250 collègues MSF. De telles pertes ont été, et sont toujours, sans précédent dans notre histoire. Je pense que la solution à long terme pour prévenir un génocide ne doit pas être d’ordre politique ou militaire mais d’ordre juridique. En ce sens, je trouve que la Cour pénale internationale joue un rôle important. Elle agit comme force de dissuasion et envoie un message clair aux criminels de guerre : « si vous commettez des crimes contre l’humanité ou un génocide, où que vous soyez, un jour nous vous trouverons et nous vous ferons payer pour vos crimes ».

Personnellement, je crois que la recherche de la justice et de la vérité historique au cours des quelque 17 dernières années a été marquée par des témoignages, par la volonté que les victimes obtiennent justice. Ce processus a conduit à une certaine liberté de conscience et, peut-être plus important encore, à une certaine proximité avec les victimes, du moins avec celles qui ont survécu. Peut-être vient-elle de la satisfaction de savoir que nous avons toujours tenté, tout au long de ces années, de ne pas abandonner nos victimes.

Avons-nous échoué ?
Un fait incontestable, d’après moi, lorsque l’on repense au génocide rwandais, c’est qu’il s’est bel et bien produit. Et aujourd’hui, aucun de nous n'a l'autorité morale pour nier notre part de responsabilité historique et notre culpabilité pour la perte d’un million de vies. Alors oui, nous avons échoué. La communauté internationale a échoué, MSF en tant qu’organisation a échoué, moi en tant qu’individu j’ai échoué, parce qu’au Rwanda, c’est l’humanité elle-même qui a échoué. Et quand l’humanité échoue, nous échouons tous. Les événements au Rwanda nous ont permis de tirer les leçons suivantes : les bandages et les sutures, pour ainsi dire, n’étaient pas suffisants dans ces circonstances pour guérir les blessures profondes du pays et ce dont nous avions vraiment besoin, c’était d’une justice.C’est peut-être pour cette raison que, pour la première fois de notre histoire, nous avons commencé à témoigner devant des tribaux pénaux.

Leçon n° 2 : nous ne pouvions procéder à nos opérations conformément à nos propres principes de neutralité. Les quelque 250 membres de MSF qui ont été tués n’étaient sûrement pas considérés comme neutres - dans le cas contraire, ils n’auraient pas été abattus. Au final, le concept général de neutralité était un mythe et je crois que c’est encore un mythe dans le paradigme actuel des opérations. Enfin, en tant qu’humanitaires, je pense que dans ces circonstances nous devons laisser notre conscience nous guider et guider nos actions, parce qu’il est très probable que nous ayons raison.

Opinion on the Rwanda Crisis
Article written by Dr Réginald Moreels, the then President of MSF-B, in May 1994, only a few weeks after the start of the genocide, and published in Contact N° 28.
The Rwanda crisis is no longer a crisis: it is a genocide. Civil society has been decapitated, literally and figuratively. Many volunteers, expatriates and field workers from non-governmental organisations have left the country with regret, sadness and even outrage. Regret because of the enormous commitment made, sadness for the competent staff they have had to leave behind and outrage because abandoning their Rwandan colleagues was akin to signing their death warrants. 
 
Ten Belgian UN peacekeepers have been killed and we grieve with their families, because their mandate was a farce. Many Belgian paratroopers, who successfully evacuated their compatriots and foreigners with bravery and professionalism have nevertheless returned home demoralised because they were unable to use stronger means against the Hutu extremist groups and out-of-control presidential guard. It is unbearable to stand helplessly by while a murderer kills. Not only does such an attitude authorise massacres, it destroys people’s consciousness, whether they be soldiers or aid workers. 
 
It is unacceptable, in this day and age, that the world’s major powers – the most powerful partners in the United Nations Security Council – who can wage a Gulf war with sophisticated weapons – be incapable or even unwilling to put a stop to the machetes and the relatively light firearms. While we contemplate yet again (and rightly so) the WWII holocaust, and while we remember, with some disquiet and embarrassment, the ‘late-discovered’ genocide perpetrated by the Khmer Rouge in Cambodia, we are participating in a genocide on our TV screens, and the international community has every interest in the world to get Rwanda onto the Security Council’s agenda!
 
Belgium, along with the Netherlands, is the only country making any effort on this front, even if its colonial past and sensitive diplomatic relations prevent it from providing the resources to intervene. This impotence, which we might dare to call a ‘shameful lapse’, is incomprehensible and unacceptable at a time of abusive triumphalism concerning human rights. The duty to intervene, which we support as long as it is not applied selectively and remains ethically grounded, has failed. Moreover, the right to humanitarian intervention, which is its corollary, will lose ground until the international bodies, the UN and its rich member states, have understood that man’s value does not depend on his racial or ethnic origins, his political or religious beliefs, or his economic or social power. Until the international community – which isaware, but dares not accept the consequences – takes into account the changing nature of internal conflicts, the descent into political chaos and the criminal acts perpetrated by the fighters who no longer have any respect whatsoever for the rules of war, take humanitarian organisations hostage and make them the target of their fire. 
 
When a national authority is seriously weak, even decaying, to the point that it no longer guarantees the freedom and safety of its citizens, the international community has a duty to assume that role. Such is the definition of a ‘humanitarian intervention’, which gives “a state or a group of states the right to intervene in the internal affairs of another state, if that state flouts the rights of its citizens, or it oppresses them in an unfair or cruel way.” Several interventions of this sort were carried out in the last century in Greece, Lebanon and Turkey, with an increasing number after World War Two, with the founding of the UN, and a dramatic increase since the Cold War. Korea, the Congo, Somalia and, slightly different, Bosnia are all countries where these interventions have not been limited to peacekeeping operations, but have restored peace by more forceful means. The essential role of the UN’s peacekeepers is to restore peace, to protect victims and, immediately afterwards, to increase the emergency assistance capacity of private international organisations and to guarantee their protection.
 
In Rwanda, there can be no question therefore of arguing to reduce the peacekeeping presence in the middle of carnage. That is why, before the entire country, and perhaps even its neighbour, is filled with the unbearable stench of rotting corpses for many years to come, as MSF, we have called on our highest political authorities, with our sister organisations in neighbouring countries, to establish security zones starting with the major medical facilities in the cities of Kigali, Butare, Gisenyi, etc. Casualties and refugees could find asylum there, regardless of their ethnic origin.
 
When we hear, with rage and disgust, that civilian patients are being killed in their very beds, as in Butare and Kigali, and that hospitals –places that were respected even in Somalia and Bosnia (with a few exceptions, such as in Gorazde) – are being transformed into slaughterhouses, we realise that the situation is nothing short of medieval. If we do not take further action, humanitarian principles and the associated Geneva Convention rights will suffer a setback. Violence and aggression will have struck a decisive blow.
 
The lack of response by international powers is akin to “failure to assist a person in danger.” Because it needs to be said, loud and clear, political strategy must, despite all the theoretical analyses on the political and historical context of a conflict, choose between two approaches. One is to choose the human rights approach where everything is done, according to realistic political and economic criteria, to avoid serious and massive human rights violations (conflict prevention) or to mitigate or neutralise them (conflict management). The other is to opt for the approach of egotistical nationalism, which continues to base its international relations on Realpolitik under the guise of state sovereignty. Of course, we will not go from one approach to the other just like that; we are not naive enough to believe that.
 
But if we allow the Rwanda genocide to continue, we will unfortunately have to say, with shame, in the coming days and weeks, that even Realpolitik has swept aside its few remaining conscientious scruples.
 
Opinion sur la crise du Rwanda
Article rédigé par le Dr Réginald Moreels, alors Président de MSF-B, en mai 1994, quelques semaines seulement après le début du génocide, et parue dans le Contact N°28.

La crise du Rwanda n’est plus une crise, c’est un génocide. La société civile a été décapitée, au propre comme au figuré. De nombreux coopérants, missionnaires, travailleurs de terrain d’organisations non gouvernementales ont quitté ce pays avec nostalgie, tristesse et même révolte. Nostalgie en raison de l’investissement énorme, tristesse pour les collaborateurs compétents qu’ils ont dû y laisser, révolte parce que l’abandon de leurs collègues rwandais signait l’arrêt de mort de ceux-ci.

Dix casques bleus belges ont perdu la vie et nous pleurons avec leurs familles, parce que leur mandat était une farce. De nombreux paras belges, qui ont mené à bien, avec courage et professionnalisme, l’évacuation de leurs compatriotes et d’étrangers, sont pourtant rentrés chez eux démoralisés parce qu’ils n’ont pas pu utiliser la manière forte contre les bandes d’extrémistes hutus et une garde présidentielle déchaînée. Il est insoutenable de laisser un assassin abattre quelqu’un sans pouvoir réagir. Non seulement une telle attitude autorise les massacres mais elle brise la conscience des hommes, qu’ils soient militaires ou humanitaires.

Il est inacceptable, de nos jours, que les grandes puissances, c’est-à-dire les partenaires les plus puissants du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui peuvent mener une guerre du Golfe avec des armes sophistiquées, ne soient pas capables ou même n’aient pas la volonté nécessaire pour réduire à l’impuissance des machettes et des armes à feu relativement légères. Tandis que l’on médite encore (et à juste titre !) sur l’holocauste de la deuxième guerre mondiale, alors que l’on revient avec un peu d’inquiétude et de honte sur le génocide (découvert « sur le tard ») perpétré par les Khmers rouges au Cambodge, on participe à un génocide sur petit écran et la communauté internationale a toutes les peines du monde à inscrire le Rwanda à l’ordre du jour du Conseil de Sécurité !

La Belgique reste le seul pays avec les Pays-Bas, à s’y efforcer, même si son passé colonial et des relations diplomatiques sensibles l’empêchent de mettre des moyens à dispositions pour intervenir. Cette impuissance, que nous oserions qualifier de « distraction coupable », est incompréhensible et inacceptable dans une période de triomphalisme abusif concernant les droits de l’homme. Le devoir d’ingérence, que nous soutenons pour autant qu’il soit appliqué de manière non sélective et qu’il reste bien fondé du point de vue éthique, a échoué. Bien plus, le droit à l’intervention humanitaire, qui en était le corollaire, aura régressé aussi longtemps que les instances internationales, l’ONU et ses riches Etats membres, n’auront pas compris que la valeur d’un homme ne dépend pas de ses origines raciales ou ethniques, de ses convictions politiques ou religieuses, de son pouvoir économique et social. Aussi longtemps que la communauté internationale – qui le sait bien mais n’ose pas en tirer les conséquences – ne tient pas compte de l’évolution des conflits internes, c’est-à-dire de la chaotisation des contextes politiques et de la criminalisation des combattants, qui ne respectent absolument plus les règles de la guerre, prennent les organisations humanitaires en otages et en font les cibles de leurs tirs.

Si une autorité nationale est gravement défaillante, voire déliquescente, au point de ne pas garantir la liberté et la sécurité de ses citoyens, la communauté internationale a le devoir d’assumer cette tâche. Telle est la définition d’une « intervention humanitaire » qui donne, en effet, « à un Etat ou un groupe d’Etats, le droit d’intervenir dans les affaires intérieures d’un Etat tiers, si ce dernier bafoue les droits de ses citoyens, ou qu’il opprime ceux-ci de manière injuste et cruelle ». Plusieurs interventions de ce genre ont eu lieu au siècle passé en Grèce, au Liban, en Turquie, mais elles se sont multipliées après la seconde guerre mondiale, avec la fondation de l’ONU, et elles ont connu une explosion depuis la fin de la guerre froide. La Corée, le Congo, la Somalie et, à quelques nuances près, la Bosnie sont des pays où ces interventions ne se sont pas limitées à des opérations de maintien de la paix mais ont imposé un rétablissement plus musclé de la paix. Le rôle essentiel des Casques bleus reste de ramener la paix, de protéger les victimes et, immédiatement après, d’augmenter la capacité d’aide d’urgence des organisations privées internationales et de garantir leur protection.

Au Rwanda, il n’est donc pas question d’invoquer le moindre argument pour réduire la présence des Casques bleus en plein carnage. C’est pourquoi, avant que tout le pays, et peut-être même le pays voisin, ne dégage une odeur insupportable de cadavre pour des dizaines d’années, en tant que MSF, nous avons demandé à nos plus hautes instances politiques, avec nos organisations-sœurs des pays voisins, d’instaurer des zones de sécurité en commençant par les grandes structures médicales des villes de Kigali, Butare, Gisenyi, etc. Les blessés comme les réfugiés y trouveraient asile, quelle que soit leur origine ethnique.

Quand il faut bien constater, avec rage et dégoût, que les patients civils sont assassinés jusque dans leur lit, comme à Butare et Kigali, et que l’on transforme donc en abattoir un hôpital, lieu respecté même en Somalie et en Bosnie (à quelques exceptions près, comme à Gorazde), nous nous trouvons devant des situations moyenâgeuses. Si l’on ne réagit plus, les principes humanitaires et le droit de Genève qui y est lié, auront régressé. La violence, l’agressivité auront frappé un coup décisif.

Enfin, le manque de réaction des puissances internationales est assimilable à la « non-assistance à personnes en danger ». Car, il faut le dire haut et clair, la stratégie politique doit, en dépit de toutes les analyses théoriques sur le contexte politique et l’historique d’un conflit, choisir entre deux logiques. Soit elle choisira la logique des droits de l’homme où l’on met tout en œuvre, selon des critères politiques et économiques réalistes, pour éviter des violations graves et massive des droits de l’homme (prévention des conflits), les apaiser ou les neutraliser (gestion des conflits). Ou elle optera pour la logique du nationalisme égoïste, qui continue à baser ses relations internationales sur la Realpolitik, sous le couvert de la souveraineté de l’Etat. On ne passera sans doute pas d’une logique à l’autre sans autre forme de procès, nous ne sommes pas assez naïfs pour le croire.

Mais si on laisse faire le génocide du Rwanda, il faudra malheureusement constater avec honte dans les prochains jours et semaines que même la Realpolitik a balayé ses derniers scrupules de conscience, minimes sans doute.

By: Association Intern