Sexual harassment and violence / Risk management

(En français ci-dessous)

RELATED RESOURCES 

SHARE YOUR VIEWS
 

Statement from MSF coordinators

 
To
: Christopher Stokes (OCB General Director), Bart Janssen and Brice De Le Vingne (OCB Directors of Operations)

Copy to: Bertrand Draguez (OCB Board President), Meine Nicolai (incoming OCB GD) Françoise Duroch (International Office)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

In light of last year’s reports on the prevalence of sexual harassment and violence in the humanitarian sector, the following motion was presented and voted through unanimously at this year’s IGA:

"The IGA calls for a work environment that is free from power abuse and sexual harassment and asks the IB to engage the whole MSF movement to implement procedures to identify, prevent and react to any form of abuse of power, sexual violence and harassment".

The signatories of this statement are coordinators with extensive field experience who recently participated in a Risk Management Training organized by MSF OCB. During one of the sessions this topic was discussed, specifically focusing on abusive acts by an internal perpetrator. Without a doubt, sexual harassment and violence committed by a MSF peer is a risk factor in our work places and we welcome how this topic was integrated into a security training.

Encouraged by both the motion and this discussion, we agreed there is an urgent need to implement concrete procedures. One step amongst many needed to reduce exposure and improve the response after an incident is to include the risk of sexual harassment and violence in the security plan of the project. This will raise awareness and create a space for the team to discuss it. We believe this in itself will be a preventive measure, and also increase the likelihood of reporting.

Acknowledging that we have a responsibility as coordinators to be the change we want to see in the MSF movement, we hereby jointly state our commitment to include sexual harassment and violence in our risk analysis and will consequently include. the following text in our security plans and briefings of our teams:

"All employees are expected to ensure a work environment free of sexual harassment and violence.

Consequently, any uninvited and non-censual verbal or physical behaviour of a sexual nature in the workplace will not be permitted or tolerated.

MSF will strive to take all possible measures to prevent such conduct and is strongly committed to provide confidential, timely and victim-focused follow up when incidents of sexual harassment or violence is reported. Furthermore, expeditious and appropriate action against the perpetrator will be taken if need be".

We hereby encourage others, in particular the coordinators and directors of operations, as well as the Risk Management Unit, to promote this within their teams and according to their scope of responsibility.

We hope to inspire others by our simple actions so that this long overdue snowball can start to roll.

Brussels, September 22nd 2017

Endorsed by participants of the IRMC training, MSF OCB: Sylvie Kaczmarczyk, Catalina Mesesan, Clément Besse, Geoffrey Bass, Cathy Janssens, Peter Clausen, Hannamari Majanen, Lindis Hurum, Fernando Galván, Jean Sebastien Teissier, Marco Doneda, Miroslav Pavicevic


Violences et harcèlement sexuels
Gestion des risques

Déclaration de coordinateurs de MSF

À : Christopher Stokes (Directeur général de l’OCB), Bart Janssen et Brice De Le Vingne (Directeurs des opérations de l’OCB)

Copie à : Bertrand Draguez (Président du CA de l’OCB), Meinie Nicolai (nouvelle directrice générale de l’OCB) et Françoise Duroch (Bureau international)

 

À la lumière des rapports publiés l’année dernière sur la prévalence des violences et du harcèlement sexuels dans le secteur de l’humanitaire, la motion qui suit a été présentée et adoptée à l’unanimité lors de l’AGI 2017 :

"L’AGI appelle à un environnement de travail exempt de tout abus de pouvoir et harcèlement sexuel et demande au CI d’associer l’ensemble du mouvement MSF à la mise en œuvre de procédures visant à identifier et prévenir toute forme d’abus de pouvoir et de violences et harcèlement sexuels, et à y réagir".

Les signataires de cette déclaration sont des coordinateurs ayant une expérience approfondie du terrain et qui ont récemment participé à une formation à la gestion des risques organisée par MSF-OCB. Ce thème a été examiné lors d’une des sessions, et l’accent a été mis en particulier sur les abus commis par un membre de l’organisation. Il va sans dire que les violences et le harcèlement sexuels ayant pour auteur un membre de l’organisation est un facteur de risque dans les contextes où nous travaillons, et nous nous réjouissons donc que ce thème ait été abordé dans une formation sur la sécurité.

Encouragés par la motion et ce débat, nous sommes arrivés au constat qu’il est urgent de mettre en œuvre des procédures concrètes. L’une des nombreuses mesures permettant de réduire l’exposition au risque et d’améliorer la réponse après un incident est d’inclure le risque de violences et de harcèlement sexuels dans le plan de sécurité du projet. Cela sensibiliserait l’équipe à cette problématique et créerait au sein de celle-ci un espace pour en discuter. Nous estimons qu’il s’agit déjà en soi d’une mesure de prévention qui augmenterait par ailleurs la probabilité d’un signalement.

Reconnaissant que nous avons la responsabilité en tant que coordinateurs d’être les acteurs du changement que nous voulons voir au sein du mouvement MSF, nous confirmons par la présente notre engagement à inclure les violences et le harcèlement sexuels dans notre analyse des risques et d’intégrer dès lors le texte suivant dans nos plans de sécurité et les briefings de nos équipes :

"Tous les employés sont invités à garantir un environnement de travail exempt de violences et de harcèlement sexuels.

Par conséquent, tout comportement verbal ou physique inapproprié et non-consenti de nature sexuelle ne sera ni autorisé ni toléré sur le lieu de travail.

MSF s’efforcera de prendre toutes les mesures possibles pour prévenir ce type de comportement et est bien résolue à assurer un suivi confidentiel, rapide et axé sur la victime en cas de violences ou de harcèlement sexuels. En outre, une action rapide et appropriée sera prise si nécessaire à l’encontre de l’auteur."

Nous encourageons d’autres membres de MSF, et en particulier les coordinateurs et les directeurs des opérations ainsi que l’Unité de gestion des risques, à diffuser cette déclaration au sein de leurs équipes, en fonction du champ de leurs responsabilités.

Nous espérons que nos actions simples inspireront d’autres, afin que les mesures attendues depuis si longtemps soient enfin déployées.

Bruxelles, 22 septembre 2017.

Adoptée par les participants à la formation gestion des risques de l’OCB : Sylvie Kaczmarczyk, Catalina Mesesan, Clément Besse, Geoffrey Bass, Cathy Janssens, Peter Clausen, Hannamari Majanen, Lindis Hurum, Fernando Galván, Jean Sebastien Teissier, Marco Doneda, Miroslav Pavicevic

 

 

By: Sophie Guillaumie