Syria : will we work in governmental zones?

En Français ci-dessous

Things have started moving again on the plan to negotiate with the authorities in Damascus to be permitted to work in Syria. After a first visit to Damascus in August, a renewed invitation has been issued for an MSF delegation to travel to Damascus to undertake further detailed discussions about potential operations although getting visas issued for the second visit is proving time-consuming and there is currently no date set for that visit. Jonathan Whittall, from the MSF-OCB analysis and advocacy unit, is the person in charge.

Two MSF colleagues, Pieter-Jan van Eggermont and Karima Lemmens asked him some questions via the associative website insideOCB

Question from Pieter-Jan van Eggermont:

I was wondering: given the fact that there is such an intense war of propaganda ongoing in which aid agencies are frequently accused of being partial and actively supporting one side or the other in the war, starting to work in government-controlled areas would no doubt have a huge impact on the perception of MSF as a neutral actor. Whereas we for many years have been restricted to merely mentioning that we have never stopped trying to get approval to work in government-controlled areas, MSF would finally be in a position where, formally at least, it will no longer be possible to be accused of being partial and only working in opposition-controlled areas.
No doubt this in itself might serve an important purpose for the GoS and its allies to emphasize their goodwill and improve their image when it comes to granting humanitarian access. No doubt MSF opening up in GoS controlled areas would make a fantastic feature on Russia Today or Press TV, watering down all accusations that the GoS & allies are blocking humanitarian aid.
My question is: What mechanisms does MSF have in place to avoid becoming instrumentalized in the media propaganda? What communication/advocacy strategy will be used to make sure we don't end up being instrumentalized to polish the image of the GoS and its allies?

Jonathan Whittall: This question assumes that the negative risk of being manipulated in the government sympathetic media as a result of working on both sides of the conflict is greater than the risk of being manipulated in the opposition sympathetic media as a result of MSF only speaking up about the one side of the war where we are currently operating. The reality is that today MSF is already manipulated in the media, and we already have to manage this risk and balance it with each operational or communications decision we take. This balancing act will continue. Of course if we start operations in Damascus, we shouldn’t simply accept to be manipulated by the media that may be sympathetic to the government side of this war. We cannot make this risk vanish, but rather we need to manage this risk as we would any other potential manipulation: by relying on the fact that we are first and foremost responding to growing medical needs and by communicating based entirely on our operations. The specific risk of the government and its allies using the arrival of MSF in Damascus to demonstrate that it is open to humanitarian aid will also be mitigated by the fact that we will continue to communicate based on our support programmes to medical networks operating in opposition controlled territories. We also need to realize that the mere presence of MSF in government controlled areas will not be enough to be used to entirely whitewash the reality on the ground in terms of the blockages that will remain on the delivery of humanitarian aid. We are definitely not that powerful a force.  

In addition to this, I don’t think that working on the government side of this conflict will negatively impact on our perception as a ‘neutral actor’. This is because we are currently not seen as a neutral actor to start with. Our presence exclusively in opposition controlled areas is perceived as MSF having chosen sides. This is especially the case as the needs continue to grow in government controlled areas with millions of internally displaced moving into government controlled areas and with a limited number of aid actors responding to their needs. What is important is that we maintain our position of wanting to work on all sides of this conflict, wherever there are unmet needs. The most realistic future scenario for Syria is that medical needs will grow across the entire country. What we should not accept is to stop working in opposition controlled areas in order to work in government controlled areas. However, this is not an option for MSF and is a clear red-line in our negotiations.
 

Questions from Karima Lemmens:

1/ The majority of Syrians are internally displaced, and are bearing the consequences of almost 6 years of war. Following the destruction of healthcare, infrastructure, economic sanctions, loss of family members… on what will MSF focus first? Medical facilities are facing a lack of equipment, drugs, blood, and so on.
MSF has a lot of experience in different types of situations. Handling the refugee crisis, war zones, earthquakes, reduction of medical care… In Syria, all of this comes together. Which approach will MSF have? Can you elaborate on what MSF will focus first and which approach will be used?

Jonathan Whittall: There are very clearly needs that MSF can address in government controlled areas. These needs were first identified during an assessment in 2012. At that time we proposed to start a maternal health project in Damascus and Homs. However, unfortunately this never materialized due to a lack of authorization from the government combined with a decision not to continue pushing for access during the period of our colleagues kidnapping.  In 2014 MSF restarted requesting access. It was only in 2016 that we were given the greenlight to send another delegation to Damascus due to the facilitation of the Russian government. During the visit of this latest delegation a number of possible areas were identified for MSF to work in. This included: the health needs of the internally displaced; trauma; mental health; medical supplies to areas under siege. A request was made for an MSF team to conduct an assessment to identify the exact medical needs that MSF could respond to. However, the visas for a follow up visit have yet to be issued. We are continuing to put pressure for the visas in order to conduct the assessment and launch a project as soon as possible.

2/ Until now, MSF’s narrative is very one-sided, denouncing bombings of medical infrastructure only on the rebel side. But medical care in government-held areas is also under attack. Will MSF send expats to the government-held areas? What will happen if an MSF medical facility in a government-held area is shelled by the rebels it supports on the other side?

It is true that medical facilities have been bombed or shelled on both side of this conflict. However, MSF has only been able to work in the areas controlled by the opposition. We have therefore been able to receive information through medical networks that we have established over a long period of time and with whom we have a regular interaction on medical needs and responses. In government controlled areas we have been unable to operate and have therefore been unable to develop projects and networks. This will hopefully change in the future if we are able to work on all sides of the conflict. We will then be in a position to speak about the medical needs and the destruction of medical facilities on all sides.

3/ Will MSF denounce the consequences of the economic sanctions on the Syrian people?

Our denunciations are always based on our operations. If we have medical operations that respond to the negative consequences of sanctions, then I do believe MSF should speak out about this. 

28 November 2016
Pieter-Jan van Eggermont, Karima Lemmens and Jonathan Whittal

 

Syrie : allons-nous travailler dans les zones gouvernementales?

Les négociations avec les autorités de Damas en vue d’être autorisés à travailler en Syrie progressent de nouveau. Après une première visite en août, une délégation de MSF a été invitée à se rendre à Damas une nouvelle fois pour approfondir les discussions sur les opérations possibles. Cependant, l’obtention des visas pour cette seconde visite prend énormément de temps et, actuellement, aucune date n’a encore été fixée pour la visite. Jonathan Whittall, de l’Unité d’analyse et d’advocacy de MSF-OCB, est la personne en charge.

Deux collègues MSF, Pieter-Jan van Eggermont et Karima Lemmens, lui ont posé des questions via le site associatif insideOCB

Question de Pieter-Jan van Eggermont

Etant donné l’intense guerre de propagande en cours, dans laquelle les agences humanitaires sont souvent accusées d’être partiales et de soutenir activement une partie ou l’autre du conflit, le fait de commencer à travailler dans des zones contrôlées par le gouvernement aurait sans aucun doute un énorme impact sur la perception de MSF en tant qu’acteur neutre. Alors que depuis de nombreuses années, nous avons dû nous contenter de déclarer que nous n’avons jamais cessé d’essayer d’obtenir l’autorisation de travailler dans les zones sous contrôle gouvernemental, MSF serait enfin en position – officiellement, tout du moins – de ne plus être accusée d’être partiale et de ne travailler que dans les zones contrôlées par l’opposition.  
Il ne fait aucun doute que ce changement servirait les intérêts du gouvernement syrien et de ses alliés, qui pourraient ainsi souligner leur bonne volonté et redorer leur image en matière d’octroi d’accès humanitaire. L’arrivée de MSF dans les zones contrôlées par le gouvernement ferait la une sur Russia Today ou Press TV, balayant ainsi toutes les accusations selon lesquelles le gouvernement syrien et ses alliés empêchent l’accès humanitaire.  
Ma question est : Quels mécanismes sont en place chez MSF pour éviter que nous ne soyons instrumentalisés par la propagande médiatique ? Quelle stratégie de communication/advocacy sera utilisée pour garantir que nous ne soyons pas manipulés afin de redorer l’image du gouvernement syrien et de ses alliés ?

Jonathan Whittall : Cette question part du principe que le risque d’être manipulés par les médias favorables au gouvernement – du fait que nous travaillerions des deux côtés du conflit – est plus important que le risque d’être manipulés par les médias favorables à l’opposition – du fait que MSF ne s’exprime que sur le côté du conflit où nous sommes actuellement actifs. La réalité est qu’aujourd’hui, MSF est déjà instrumentalisée par les medias et que nous devons déjà gérer ce risque et le prendre en compte dans chaque décision opérationnelle ou de communication que nous prenons. Cet exercice d’équilibriste va continuer. Bien sûr, si nous lançons des opérations à Damas, nous ne devrions pas simplement accepter d’être manipulés par les médias qui pourraient être favorables au gouvernement. Nous ne pouvons pas supprimer ce risque, mais nous devons le gérer de la même façon que toute autre manipulation potentielle : en faisant savoir que nous répondons tout d’abord à des besoins médicaux croissants et en communiquant uniquement sur la base de nos opérations. Le risque spécifique que le gouvernement et ses alliés utilisent l’arrivée de MSF à Damas pour démontrer qu’ils acceptent l’aide humanitaire sera aussi atténué par le fait que nous continuerons à communiquer sur la base de nos programmes de soutien aux réseaux médicaux opérant dans les territoires contrôlés par l’opposition. Nous devons aussi réaliser que la simple présence de MSF dans des zones sous contrôle gouvernemental ne suffira pas à faire disparaître entièrement la réalité sur le terrain, à savoir que des blocages persisteront en matière de fourniture d’aide humanitaire. Nous n’avons clairement pas autant de pouvoir.

En outre, je ne pense pas qu’intervenir du côté du conflit contrôlé par le gouvernement aura un impact négatif sur notre perception en tant qu’« acteur neutre », tout simplement parce que ne sommes actuellement déjà pas perçus comme neutres. Le fait d’être présents dans des zones sous contrôle de l’opposition donne l’impression que nous avons choisi notre camp. C’est particulièrement le cas alors que les besoins continuent d’augmenter dans les zones contrôlées par le gouvernement, étant donné que des millions de déplacés internes se rendent dans ces régions et qu’un nombre limité d’acteurs humanitaires y sont présents pour répondre à leurs besoins. L’important est que nous maintenions notre volonté de travailler des deux côtés de la ligne de front, à tout endroit où les besoins ne sont pas satisfaits. Le scénario le plus réaliste pour l’avenir, en Syrie, est que les besoins médicaux continueront d’augmenter dans tout le pays. Ce que nous ne pouvons pas accepter, c’est d’arrêter de travailler dans les zones de l’opposition au profit de celles du gouvernement. Cependant, ce n’est pas une option pour MSF et c’est une condition claire dans nos négociations.
 

 

Questions de Karima Lemmens :

1/ La majorité des Syriens sont des déplacés internes qui subissent les conséquences de près de six années de guerre : effondrement des soins de santé, destruction des infrastructures, sanctions économiques, perte de membre de leur famille… Sur quoi se concentrera MSF en premier ? Les centres médicaux manquent de matériel, de médicaments, de sang, etc.
MSF a une grande expérience dans différents types de contextes : crise des réfugiés, zones de guerre, tremblements de terre, diminution des soins médicaux… Tous ces éléments sont présents en Syrie. Quelle approche adoptera MSF ?

Jonathan Whittall : MSF peut répondre à des besoins très précis dans les zones sous contrôle du gouvernement syrien. Ces besoins ont été identifiés pour la première fois lors d’une évaluation en 2012. À cette époque, nous avions proposé de lancer un projet de santé maternelle à Damas et à Homs. Il n’a malheureusement jamais vu le jour, en l’absence d’autorisation du gouvernement et parce que nous avons décidé de ne plus introduire de demandes d’accès durant la période où nos collègues ont été kidnappés. En 2014, MSF a relancé ses demandes d’accès. Ce n’est qu’en 2016 que nous avons reçu le feu vert pour envoyer une nouvelle délégation à Damas, grâce aux efforts de facilitation du gouvernement russe. Lors de la visite de cette dernière délégation, plusieurs domaines d’intervention ont été identifiés, notamment : les besoins médicaux des déplacés internes ; la traumatologie ; la santé mentale ; les fournitures médicales dans les zones assiégées. Une demande a été introduite pour qu’une équipe de MSF puisse mener une évaluation en vue d’identifier les besoins médicaux précis auxquels l’organisation pourrait répondre. Cependant, les visas en vue d’une visite de suivi ne nous ont pas encore été délivrés. Nous continuons à faire pression pour les obtenir afin de pouvoir réaliser l’évaluation et lancer un projet dès que possible.

2/ Jusqu’à présent, les témoignages de MSF se concentrent sur un seul côté du conflit : nous dénonçons les bombardements des infrastructures médicales uniquement du côté de l’opposition. Mais les soins médiaux dans les zones contrôlées par le gouvernement font aussi l’objet d’attaques. MSF enverra-t-elle des expats dans ces zones ? Que se passera-t-il si une infrastructure de MSF dans une zone sous contrôle gouvernemental est pilonnée par les rebelles que nous soutenons d’autre part ?

Jonathan : Il est vrai que des infrastructures médicales sont bombardées ou pilonnées des deux côtés de la ligne de front. Cependant, MSF n’est en mesure de travailler que dans les zones contrôlées par l’opposition. Nous recevons des informations grâce aux réseaux médicaux que nous avons établis au fil des ans et avec lesquels nous interagissons régulièrement en ce qui concerne les besoins médicaux et les réponses à y apporter. Dans les zones contrôlées par le gouvernement, nous ne sommes pas en mesure d’intervenir et ne pouvons donc pas développer de projets et réseaux. Nous espérons que cette situation changera à l’avenir et que nous pourrons travailler des deux côtés de la ligne de front. Nous serons dès lors en position de dénoncer les besoins médicaux et la destruction des infrastructures médicales des deux côtés.

3/ MSF dénoncera-t-elle les conséquences des sanctions économiques sur la population syrienne ?

Jonathan : Nos dénonciations sont toujours basées sur nos opérations. Si nous menons des opérations médicales en réponse aux conséquences négatives des sanctions, je suis convaincu que MSF devrait en parler.

28 Novembre 2016

Pieter-Jan van Eggermont, Karima Lemmens et Jonathan Whittal

By: Sophie Guillaumie